Lumières sur 60 ans de Porsche 911

« Lumières sur 60 ans de Porsche 911 », c’est l’exposition que propose la Lustrerie Mathieu à Gargas jusqu’à demain.

Une quarantaine de Porsche 911 sont réunies dans les magnifiques locaux de l’entreprise qui faisaient office de décor. Avec des 911 qui ont marqué l’histoire tant sur la route que sur les circuits, de la 911 n°:6 à la dernière GT3 RS en passant par la 912, les modèles de course, les Targa, les cabriolets, on en a pris plein les yeux au milieu de lustres exceptionnels. Un excellent moment !
Voilà l’ensemble des voitures exposées dans cette vidéo sans prétention étant donnée la difficulté des prises de vues vu la fréquentation et la lumière basse et très particulière dans les 3 salles (désolé pour le grain au début). On est resté 2h avec mon fils, tout a été fait rapidement (et bénévolement).

La Rando du Mur de la Peste à Lagnes

Au programme de ce matin: la Rando du Mur de la Peste à Lagnes (84).

Et béh c’était un gros morceau !

Levé à 6h10, on a pris la route avec le Facteur et on était sur les VTT à 8h35.

J’ai fait les 20 premiers kilomètres avec François et avant le premier ravitaillement on est tombés sur Guillaume et ses deux potes, puis ensuite Vincent et Mick engagés sur le 37km (nous sur le 47km).

Après le premier ravito, on a eu droit à une montée de l’enfer quasiment jusqu’au second ravito. Mais ça en valait la peine finalement car la descente suivante, remplie de cailloux, était super longue et plutôt cool à rouler. À la séparation 37/47km, je quitte Vincent et Mick sans m’arrêter histoire de ne pas cogiter, de rester sur le grand parcours… Parce que je suis dans le dur. Le Facteur quant à lui, nous a semé dans la grande montée. Je termine le parcours avec Guillaume et ses potes.

C’était vraiment dur de rouler là-bas, surtout les montées ! Mais globalement cette Rando du Mur de la Peste est une très belle organisation avec uniquement des belles descentes (à condition de ne pas trop craindre les cailloux). Ça tabassait par moments. La première partie était plus roulante. La montée était interminable et physique, la seconde partie était parfois technique et engagée mais surtout physique.

J’ai évité les crampes mais elles ont failli m’assaillir !

Une rando de 47km pour 1700m d+ le 15 janvier, c’est costaud !

À l’arrivée avec Guillaume, le Facteur nous avait mis 30 minutes !

Une bière et retour à la maison ! D’ailleurs les ravito étaient très bien aussi !

J’ai fait peu de photos, en tous cas pas dans les jolis coins qu’on a traversé, mais c’était chouette !

Bonne année sur la Lance

Un petit tour au Barry le 31 décembre…

Puis je suis monté sur la Lance (1338m) en partant de La Roche Saint-Secret le 1er janvier 2023. Ça fait pile 1000m de dénivelé pour 10km de montée. Et puis pour la descente, j’ai retrouvé la spéciale qu’on avait pris lors de l’Enduraid-Drôme Provençale. C’est pas mal !

Pas grand monde là-haut, ça décuvait en bas dans les chaumières !

C’est marrant parce qu’il y avait un vent froid et fort seulement au sommet, sur 30m de long.

4 jours dans le Cantal.

J’avais pris les skis de rando, j’aurais mieux fait de prendre le vélo !

Balade sur le « chemin des estives » à Anglards de Salers hier (après 3 jours de pluie qui ont fait fondre toute la neige). Il s’agit d’un chemin en cul de sac qui passe par différents burons (les laiteries de montagne qui ne sont plus utilisées désormais, mais que certains chanceux retapent en chalets de vacances), assorti de panneaux et bornes explicatives sur le thème de la faune, de la flore, de la fabrication encestrale du Cantal, d’une table d’orientation… Avec une vue imprenable sur le massif cantalien (côté ouest), le Pays de Salers, la Corrèze au loin, le Plateau des Milles Vaches, les monts du Sancy. Un virée entre 1100m et 1220m loin de tout…

Le dernier buron, celui de la Béliche, est ouvert au public.

Logo pivot, pompe électrique Bosch, dérailleur XT(-R), ride sur Nyons…

T’en penses quoi Jean-Michel Syçoteuz ?

– Dérailleur Shimano XT(-R) // Tchouk’Bidouille –

———————————-

Il y a quelques temps (2 mois), en montant au Mont Rachas avec l’ami Fafi, j’avais cassé la chape externe de mon dérailleur Shimano XTR 12v SGS. Il s’agissait d’une chape en carbone.

Après de nombreuses recherches, il s’est avéré qu’il m’était impossible de trouver une chape de rechange où que ce soit: en magasin ou sur le net (et que lorsqu’elle serait disponible, elle serait dans les 100€).

J’ai bavardé un moment de tout ça avec Pierre qui est compétent dans le domaine et il s’est rendu compte que la chape externe du dérailleur Shimano XT 12v SGS est compatible avec le modèle de gamme supérieure… Sauf qu’effectivement, elle n’est pas en carbone mais en alu.

La semaine passée, cette chape apparaissait comme disponible sur le site de Sos Hanger ( https://soshanger.com/ )

Je l’ai aussitôt commandé (26,50€ fdpc).

Reçue aujourd’hui, je l’ai montée sur mon corps de dérailleur XTR (attention, il a fallu utiliser la petite rondelle de l’axe supérieur de la chape XTR pour que tout fonctionne bien) et me voila donc avec un dérailleur XTR avec une chape alu, qui fonctionne ! Un dérailleur XT(-R) ?

Ça me fait un dérailleur en spare…

Si la mésaventure est arrivée à quelqu’un d’autre, ça peut être utile !

Voila un tuto intéressant pour le démontage/remontage d’un XTR: https://www.youtube.com/watch?v=ZtxRoqh0rD0

Merci Fafi // Bosch Easypump

Mon collègue Fafi la Moule m’a fait un cadeau ! C’est un boss !!!

Je voulais juste monter au Cougoir, mais les patous ne l’ont pas voulu…

Départ d’Aubres jusqu’au Col Flachet puis descente dans la Combe de Sauve par le GR9, j’attaque la montée vers le Col de Venterol et je vois un panneau « interdiction d’emprunter le chemin suite à des problèmes ». Bon… Je suis déjà passé quelques fois là, sans les panneaux, j’ai déjà bavardé avec les bergers, et j’ai toujours eu de bonnes « relations » avec les patous qui gardent les troupeaux.

La dernière fois que j’étais allé là-haut par contre, j’avais croisé un groupe de belges en panique qui redescendaient vite après que leur chien (pas attaché) se soit fait attaquer par les patous (ils ont fait leur boulot).

Bref, 150m sous le col, j’entends les clochettes des moutons et des chèvres et tout de suite les patous viennent dans ma direction… Mais j’en vois 3 alors qu’avant il y en avait 2. Je reconnais la femelle, qui est sympa, mais les deux autres sont très agressifs, donc je fais demi-tour.

Je redescends jusqu’à la route et je me dis que je vais tenter de passer par la ferme des Audries (je ne suis jamais passé par là), sauf qu’une fois arrivé sous la ferme, j’entends les chèvres et des chiens peu de temps après… Demi-tour… Pas la patience de prendre des risques, seul…

J’ai aucun souci avec le fait que les bêtes soient gardées par des chiens, je n’en ai d’ailleurs pas peur, mais d’un côté, ça commence à me gonfler… Sur toutes les montagnes des Baronnies derrière chez moi il y a des troupeaux gardés par des patous et où qu’on aille, on se fait recevoir: au Mont Rachas (une fois par 6 en même temps), sur La Lance (ils sont très agressifs mais heureusement toujours dans l’enclos), au Cougoir désormais, à Miélandre, sans parler de la Montagne d’Angèle, interdite.

Je pense aussi qu’il y a de la tension dans l’air avec le loup…?

Il n’y aurait pas eu les panneaux aujourd’hui, j’aurais fait face aux chiens, je serais passé. Mais là, s’il y en a un qui me gniaque, je suis 100% en tort… Et je comprends le berger qui veut se protéger face aux touristes qui portent plaintes quand ils se font recevoir.

Alors interdisons tout, il n’y aura plus de soucis…

#badmood

Que faire ?

Bref, je suis redescendu à Venterol, je suis passé voir les safres que j’avais trouvé quand je travaillais à Nyons (tellement jolies ces formes), puis je me suis fait un petit Pontias avant de rentrer par le chemin du Crapon.

De belles images de DH VTT